Vous êtes ici : Accueil / Détail du document

Document

Parmi les avis

Il fallait que je vous le dise est à découvrir assurément ! C’est un roman graphique explorant des tranches de vies avec douceur. Une simple énonciation de besoins, d’émotions, sans jugements aucuns. Des expériences intimes sublimées pour na...

Suggestions

Il fallait que je vous le dise

Livre

Mermilliod, Aude
Il fallait que je vous le dise [Texte imprimé] / Aude Mermilliod. - [Bruxelles] : Casterman, 2019
ISBN 978-2-203-15373-8 (rel.) : 22 EUR
Cote : BDR MERM

Évaluation des lecteurs :

5/5 étoiles 2 avis

Vérification des exemplaires disponibles ...

Avis des lecteurs

  • 5/5 étoiles Un récit essentiel, Le 02 octobre 2019 à 21:33
    par Jennifer HENDRYCKS

    Il fallait que je vous le dise est à découvrir assurément ! C’est un roman graphique explorant des tranches de vies avec douceur. Une simple énonciation de besoins, d’émotions, sans jugements aucuns. Des expériences intimes sublimées pour narrer, expliquer, être passeur de message tout en bienveillance et lucidité. L’intime comme possibilité d’universalité. Des illustrations tendres pour un sujet douloureux. Un récit essentiel pour protéger des droits péniblement acquis, le droit des femmes à disposer de leur corps même si ce n’est pas de gaietés de cœur, le droit des femmes à ne pas mourir de ne pas souhaiter un enfant, le droit des femmes à l’égalité entre elles malgré leur différence de milieu, le droit des femmes à choisir. Il faut le lire, il faut le dire, pour ne surtout pas oublier, pour toujours rester éveillé, prêt à défendre nos libertés. Casterman, le 8 mai 2019 168 pages Autour de cette lecture : Le numéro 6 D’America : Ladies First, sortie pendant l’été 2018 plutôt visionnaire sur l’évolution (en autre) des droits à l’IVG au Etats-Unis America est une revue trimestrielle littéraire évoquant l’Amérique pendant le règne de Trump. Un documentaire : Lake of fire de Tony Kaye qui bien que de 2008 dénonçaient déjà des difficultés particulièrement criantes concernant l’accès à l’IVG de façon égalitaire pour toutes les femmes en fonction des états. Un roman: Le chœur des femmes, de Martin Winckler Un film : 4 MOIS, 3 SEMAINES, 2 JOURS de Cristian Mungiu, 2007 Le discours de Simone Veil évidemment le 26 novembre 1974 devant l’assemblée : https://www.youtube.com/watch?v=cTAmCUgoSZ4 Ou en version manuscrite par l’éditeur point : « Elles sont 300 000 chaque année : Suivi de Accéder à la maternité», par Simone Veil et Lucien Neuwirth https://unmotpourtouspourunmot.blogspot.com/2019/07/il-fallait-que-je-vous-le-dise-daude.html

  • 5/5 étoiles Plein d'émotions, Le 28 septembre 2019 à 15:13
    par Amandine Au Fil des Plumes

    Ce roman autobiographique traite d'un sujet sensible: l'avortement. C'est avec beaucoup de sensibilité et de pudeur que l'auteure Aude Mermilliod nous livre son histoire et son expérience de l'IVG. À travers son histoire personnelle, le lecteur découvre le parcours d'une femme qui se retrouve confrontée à ce choix douloureux. Pour alimenter son récit, Aude Mermilliod a fait appel au témoignage de Martin Winckler, médecin qui dénonce les violences obstétricales. Le scénario est construit de façon vraiment intelligente, alternant des moments de la vie de l'auteure avec des moments de la lutte de Martin Winckler pour le droit à l'IVG. Au- delà de l'histoire émouvante, j'ai découvert le combat qu'a été ce droit à l'avortement. Avec beaucoup de justesse, Aude Mermilliod nous livre son ressenti et ses émotions sans tomber pour autant dans le pathos. Je pense que certaines scènes de ce roman graphique au sujet fort peuvent choquer. Beaucoup de vignettes dévoilent des corps nus. De manière personnelle, je trouve que ces vignettes sont les plus fortes émotionnellement car elles montrent le corps de la femme dans sa réalité. Je me suis identifiée assez vite au personnage. Bien que n'ayant pas connu cette situation, en tant que femme, je me suis vraiment sentie concernée. Comment ne pas se questionner sur ce qu'auraient pu être nos propres réactions? Ce roman graphique, bouscule et interroge. Il pousse à la réflexion mais dénonce également certaines pratiques obstétricales. J'ai donc découvert "l'envers du décor" avec beaucoup de désarroi. Le récit de Martin Winckler complète donc à merveille le témoignage de l'auteure en ajoutant une caution médicale et historique. Il met ainsi en avant les progrès qui ont été faits mais également, ceux qu'il reste à faire. L'esthétique quant à elle s'accorde parfaitement au propos. Les dessins sont assez sobres, avec peu de détails, laissant ainsi toute sa place à l'histoire. Les ambiances de couleurs changent selon la temporalité mais aussi selon le narrateur. Les décors sont minimalistes. http://aufildesplumesblog.wordpress.com