Vous êtes ici : Accueil / Accueil

Exposition en ligne Les Abécédaires

Exposition en ligne

Les abécédaires dans l'enluminure
des manuscrits médiévaux

A propos

affiche-abecedaires.jpg

Les abécédaires dans l'enluminure
des manuscrits médiévaux

Voyagez dans le temps avec nos abécédaires.

À l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine 2018, la MAM met à l'honneur le patrimoine écrit et vous propose de voyager à travers le temps avec les abécédaires.

Alliant finesse et matériaux précieux, les planches étaient consacrées à l'enluminure ou à l'apprentissage des langues selon les époques.

En 1835, Auguste de Bastard d'Estang, passionné par le Moyen-âge, s'entoure d'une trentaine d'artistes pour réaliser ce qui restera le sommet de sa carrière d'imprimeur, les peintures et ornements des manuscrits, classés dans un ordre chronologique, pour servir à l'histoire des arts du dessin, depuis le IVe siècle [...].

Chaque planche était peinte à la main et rehaussée d'or et de platine. Financées par l'état, les planches ont été diffusées aux bibliothèques. La série présentée dans l'exposition porte sur les abécédaires. Découvrez également une collection de livres d’artistes sur ce thème prêtée par la Médiathèque Départementale de l’Hérault.

haut2page +ancre visite

fleche-haut.JPG

L'exposition

En réalité, le terme d'abécédaires que nous avons utilisé pour le titre de l'exposition est un peu réducteur. Car au delà des abécédaires, c'est un panorama immense de la peinture des manuscrits du moyen-âge présenté à travers ces planches.

Les images présentées dans l'exposition ne sont pas des œuvres originales du Moyen-âge mais des reproductions de grande qualité exécutées au 19e siècle. Elles sont issues de la série dite Peintures et ornements des manuscrits, classés dans un ordre chronologique, pour servir à l'histoire des arts du dessin, depuis le IVe siècle de l'ère chrétienne jusqu'au XVIe siècle.

Peintures des manuscrits depuis le huitième siècle jusqu'à la fin du seizième Une page du livre Peintures des manuscrits depuis le huitième siècle jusqu'à la fin du seizième Peintures des manuscrits depuis le huitième siècle jusqu'à la fin du seizième

Cette entreprise gigantesque a été conduite par le conte Auguste de Bastard d'Estang, né en 1792 et mort en 1883. Qui était ce personnage ?

C'était un capitaine de cavalerie passionné par le Moyen-âge et ses arts. C'était aussi un collectionneur, un bibliophile qui accumula durant sa vie des documents originaux. En 1835, il obtint un brevet d'imprimeur lithographe et se consacra alors à la reproduction lithographique d'enluminures médiévales, entouré d'une trentaine d'artistes et d'artisans pour réaliser ces fac-similés de très haute qualité.

Cette série est la plus célèbre de celles qu'il réalisa. La qualité des reproductions est unique : chaque planche était peinte à la main sur un papier spécialement conçu alors par Canson, avec des rehauts (applications) d'or et de platine. Le coût était cent fois supérieur à celui des lithographies en noir.

Entre 1835 et 1848 (soit en 13 ans), il réalisa 220 planches, lesquelles furent présentées aux expositions universelles de Londres en 1851 et de Paris en 1878.

Pour financer cette entreprise extrêmement coûteuse, Bastard d'Estang obtint des souscriptions de François Guizot, Ministre de l'Instruction publique et d'Adolphe Thiers, ministre de l'intérieur à hauteur de soixante exemplaires destinés à être distribués aux bibliothèques publiques. (Ce qui ne l'empêcha pas de laisser dans l'entreprise la plus grande partie de sa fortune personnelle).

Les manuscrits médiévaux étaient bien entendu à caractère essentiellement liturgiques. Dans la civilisation occidentale, la calligraphie se développa avec les progrès des arts eux-mêmes. Les lettres majuscules et initiales prirent les plus fantastiques et imaginatifs développements. Ils s'agrémentèrent de figures d'animaux, d'animaux fabuleux, de fleurs, d'arabesques et de motifs religieux.
Les planches d'abécédaires sont des regroupements de lettrines de têtes de chapitres.

La qualité d'exécution de ces planches permet de voir au plus près le travail des enlumineurs, la précision des traits, avec un matériel beaucoup moins sophistiqué que ce dont on dispose aujourd'hui.  Rappelons que ces œuvres étaient réalisés dans des monastères et ne sortaient pas des monastères – sauf cas exceptionnel, Bible offerte à un roi, par exemple, où à un haut dignitaire du clergé.

Il faut enfin signaler que toutes les planches dont nous disposons issues de cette collection (140) ont été numérisées et sont visibles sur le site internet de la médiathèque :

Pour faire un pont avec la période contemporaine, nous avons exposé dans les vitrines des documents prêtés par la Médiathèque départementale de l'Hérault issus de leur collection de livres d'artistes. Des artistes donc, qui ont travaillé sur les abécédaires et la forme des lettres.

Nous avons enfin exposé pour les mêmes raisons quelques albums du fonds de prêt du pôle enfance de la médiathèque sur le même sujet.

haut2page + ancre galerie

fleche-haut.JPG

Haut 2 page + ancre infos pratiques

fleche-haut.JPG

Infos pratiques

affiche-abecedaires300.jpg

Les abécédaires dans l'enluminure
des manuscrits médiévaux


Aux horaires d'ouverture
de la médiathèque
tout public


Galerie


Médiathèque André Malraux
1 place du 14 juillet
34500 Béziers

 

Haut 2 page

fleche-haut.JPG

Sous-menu