Vous êtes ici : Accueil / Détail du document

Document

Parmi les avis

Beaucoup d’ouvrages tentent d’expliquer la Shoah, de continuer de la faire vivre pour conjurer l’oubli. Certains seraient tentés de dire qu’on est arrivé au bout de ce qui peut être dit, voir que tout a été dit. Mais peut-on vraiment venir à bout ...

Amigorena, Santiago Horacio
Le Ghetto intérieur / De Santiago H. Amigorena. - P.o.l, 2019. - 192 p ; 21 cm. - (Fiction)
ISBN 978-2-8180-4781-1 : 18,00 eur
* Sujets :
littérature
Romans
Litterature francaise
Litterature francaise
Biographies
Litterature francaise et francophone
GF Littérature française
101 litt francaise
Litterature francaise
Littérature grand format
Littérature / Polar / Théatre / Poésie
Romans traduits grand format
Française Belge Suisse
Littérature français
* Résumé : Buenos-Aires, 1940. Des amis juifs, exilés, se retrouvent au café. Une question : que se passe-t-il dans cette Europe qu'ils ont fuie quelques années plus tôt en bateau ' Difficile d'interpréter les rares nouvelles. Vicente Rosenberg est l'un d'entre eux, il a épousé Rosita en Argentine. Ils ont deux enfants. Mais Vicente pense surtout à sa mère qui est restée en Pologne, à Varsovie. Que devient- elle ' Elle lui écrit une petite dizaine de lettres auxquelles il ne répond pas toujours. Dans l'une d'elle, il peut lire : Tu as peut-être entendu parler du grand mur que les Allemands ont construit. Heureusement la rue Sienna est restée à l'intérieur, ce qui est une chance, car sinon on aurait été obligés de déménager. Ce sera le ghetto de Varsovie. Elle mourra déportée dans le camp de Treblinka II - ce camp où en un an, les nazis avaient réussi à éliminer près d'un million de personnes. C'était l'arrière-grand-mère de l'auteur. Santiago Amigorena écrit le roman du silence, celui de sa famille partie en Argentine pour fuir le nazisme. Il raconte surtout le ghetto intérieur de l'exil. La vie mélancolique d'un homme qui crée une famille, s'invente une vie à l'étranger, tout en devinant puis comprenant la destruction de sa famille en cours, et de millions de personnes. Vicente et Rosita étaient les grands-parents de l'auteur qui écrit aujourd'hui : Il y a vingt-cinq ans, j'ai commencé un livre pour combattre le silence qui m'étouffe depuis que je suis né . Ce roman est l'histoire de l'origine de ce silence.
Cote : R AMIG

Évaluation des lecteurs :

5/5 étoiles 1 avis

Vérification des exemplaires disponibles ...

Avis des lecteurs

  • 5/5 étoiles un récit impressionnant , Le 02 octobre 2019 à 21:39
    par Jennifer HENDRYCKS

    Beaucoup d’ouvrages tentent d’expliquer la Shoah, de continuer de la faire vivre pour conjurer l’oubli. Certains seraient tentés de dire qu’on est arrivé au bout de ce qui peut être dit, voir que tout a été dit. Mais peut-on vraiment venir à bout de l’infamie? Ce roman auto–biographique hybride possède une force incroyable. Il continue d’interroger l’indicible à travers les yeux de la troisième génération. La réflexion en est complètement modifiée. L’auteur aborde l’extermination méthodique des juifs par un prisme nouveau et quasi sociologique. L’écrit prend des allures documentaires. Il constate encore et de nouveau les d’atrocités commises à la fois avec la lucidité et l’objectivité de la distance mais également avec l’intérêt et l’attention de la familiarité. Les questionnements sont multiples, l’auteur s’emploie à déconstruire des certitudes, des habitudes de langages, de pensées. L’importance du sens des mots, les notions d’appartenance et d’identité sont abordées avec une grande finesse. Sans pathos, il nous touche par cet impossible deuil, cette tristesse insondable de n’avoir pas su, pas pu, pas voulu. Continuer de perdre, puisque la perte est insurmontable. S’abandonner à la mort pour ne plus vivre avec l’innommable. https://unmotpourtouspourunmot.blogspot.com/2019/09/le-guetto-interieur-de-santiago.html Un récit impressionnant de rigueur et de sensibilité.