Vous êtes ici : Accueil / L'expo en ligne

L'expo en ligne

L'expo en ligne

Visitez l'exposition en ligne et apprenez-en plus sur le gramophone, les appareils de lecture, les pochettes ou sur l'histoire des vinyles de la médiathèque. Découvrez également tous les sleevefaces et objets exposés.

photographe.JPG

galerie

Galerie

exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple exemple

Le gramophone

Histoire
Les vinyles de la MAM

Une collection de disques des années 80

En 1984, la Bibliothèque Municipale de Béziers, située dans un vieil hôtel particulier derrière les Halles, ouvre une section discothèque avec une collection de 3 000 vinyles qui connaissent un beau succès.

vinyles-mam.JPGLa collection s'enrichit au fil des ans, puis s'amorce à la fin des années 80 une lente décrue au profit du petit nouveau, le disque compact. Les deux supports cohabitent quelques temps, mais les CD envahissent petit à petit tout l'espace. Que faire des quelques 8000 vinyles qui, entre temps, avaient trouvé un refuge provisoire dans un espace de réserve bien trop étroit pour leur assurer de bonnes conditions de conservation ?

La décision est prise d'opérer une sélection des titres les plus intéressants et en 2003, avec l'aide d'un conservateur de la médiathèque musicale de Paris missionné à Béziers, des critères de sélection sont définis pour garder une collection qui soit représentative de la vie musicale des années 80, années de constitution de l'essentiel de la collection.

Ces critères permettent d'écarter environ la moitié des disques, soit 4000 titres qui sont donnés au département musique de la Bibliothèque Municipale à Vocation Régionale de Nice, phonothèque de référence spécialisée dans la conservations des 33 Tours. Les 33 Tours conservés sont intégrés aux  collections patrimoniales de la MaM, figurent au catalogue informatisé, sont conservés dans des conditions requises de température et d'humidité.

Le gramophone

GRAMOPHONE

gramophone1.JPGEn 1877 Charles Cros, natif de Fabrezan dans l'Aude, adresse à l'Académie des sciences un mémoire décrivant le principe d'un appareil de reproduction des sons, qu'il nomme « paléophone » (prototype du phonographe). Son document suggère que les vibrations sonores peuvent être gravées dans du métal à l'aide d'un crayon rattaché à une membrane vibrante, et que, par la suite, en faisant glisser un stylet rattaché à une membrane sur cette gravure on parvient à reproduire le son initial. Un petit musée passionnant à Fabrezan, consacré à la mémoire de Charles Cros, possède une belle collection de paléophones.

Mais avant que Charles Cros n'eût la possibilité de construire un prototype, Thomas Edison, aux États-Unis, dépose le brevet du premier phonographe. Son dispositif permet d'enregistrer des sons grâce à un stylet qui grave les sonorités sur un cylindre d'étain en fonction des vibrations. Une fois l'enregistrement terminé, les inscriptions gravées sont lues par le stylet et transformées en sons par un diaphragme. Charles Cros revendiquera sans succès la priorité de l’invention du phonographe.

En 1888, Émile Berliner fabrique le gramophone. Ce système utilise un disque plat sur lequel le son est gravé en une spirale. Si le son est de moins bonne qualité qu'avec le phonographe, le disque est plus facilement reproductible. Berliner travaille alors à améliorer la qualité de ses enregistrements, au point que son gramophone vient concurrencer puis évincer le système d'Edison. En 1920, le phonographe est complètement évincé.

Le gramophone

APPAREILS DE LECTURE

platine1.JPGL’arrivée des premières platines « modernes » coïncide avec l’invention du microsillon aux États-Unis, en 1946, par la firme Columbia. Leur supériorité acoustique et technique sur le 78 tours s’impose immédiatement comme un argument commercial. Puis ce fut l'avènement de l'électrophone - ou tourne-disques - dont le moteur fonctionne à l'électricité. Il comprend principalement une platine tourne-disque, un amplificateur et un ou plusieurs haut-parleurs. Il peut être de table ou portatif.

Le magnétophone à bande arrive vers 1950. Au lieu de graver directement le disque destiné à être reproduit, on invente un magnétophone qui fixe les sons sur une bande magnétique faite d'un ruban en matière synthétique (acétate, PVC, polyester) recouvert de fines particules de fer. Chaque grain s'aimante différemment en passant sur le petit rouleau transmettant les courants électriques venus du micro. On peut ensuite réécouter, supprimer certains passages, puis graver une matrice (moule) pour fabriquer des disques.

En 1963, la société Philips met au point  la cassette audio. Pratique, compacte, solide, permettant une circulation des oeuvres musicales, la cassette audio s'est largement imposée, notamment grâce à son inventeur qui a cédé gracieusement son brevet à tous les industriels intéressés.

Le gramophone

Les POCHETTES

Au début de l'industrie du disque, les maisons de disques ne se soucient guère du visuel des disques. Leur support sont des enveloppes austères, épaisses, brunes ou grises et trouées en leur centre. La seule fonction de la pochette est d’informer sur le contenu du disque et la maison de production.

Il faudra attendre 1939 pour qu’Alex Steinweiss, graphiste chez Colombia Records, prenne une intitiative qui marquera à jamais l’industrie musicale : devinant immédiatement les effets qu'un packaging plus séduisant produirait sur le public, il propose des compositions figuratives pour la couverture des albums. Une hausse spectaculaire des ventes en résulte. Dès lors, l'histoire du disque et celle du design graphique sont intimement mêlées.

différents fORMATS

Les 45 tours - SP, EP ou maxi :
17 cm de diamètre nommé « single » comportant généralement deux chansons, parfois une chanson longue coupée en deux sur le recto et le verso (ou 4 chansons pour les EP)
30 cm pour les maxis avec une chanson par face liés à l'avènement de la musique disco en France au début des années 70 et utilisés par les disc jockeys qui trouvaient ce format plus pratique.

Les 33 tours - LP :
30 cm de diamètre (long playing) nommés généralement « 30 centimètres » ou « 33 tours » comportant généralement une douzaine de chansons.

3